Confinement : comment conserver efficacement ses aliments

Confinement : comment conserver efficacement ses aliments

Le 17 mars dernier, lorsque le Premier Ministre camerounais a annoncé des mesures pour contrer la propagation du coronavirus sur notre territoire, on a tous entendu « confinement » et nous nous sommes rués vers les marchés pour se ravitailler en aliments de natures diverses. Seulement, sans pouvoir les conserver efficacement, peut-on réussir à vivre confiné ?

Quand je vous dis « conservation », je sais que vous pensez  au réfrigérateur et au congélateur comme outils efficaces. Mais, cet article se veut un plaidoyer pour l’adoption de méthodes de conservation naturelles. Je suis également certaine que vous me direz que les aliments secs, plutôt nombreux dans notre alimentation, se conservent naturellement, étant donné qu’ils ne contiennent pas d’eau. Mais savez-vous que frais ou secs, le goût des aliments est affecté par la durée et que le vrai challenge de la conservation est de retrouver ses aliments comme au premier jour ?

1 – De la conservation des aliments secs

Attention, tous les aliments sont récoltés frais. Sont classés aliments secs pour cet article tous les aliments se présentant sous cette forme dans nos marchés, parce qu’ayant déjà été séchés par d’autres personnes avant de les proposer à la vente. Haricot, koki, pistache, maïs, manioc, arachides, sorgho, orge, champignons, poivres, clous de girofe, grains de riz, herbe de province,  soja, riz, spaghetti, blé, crevettes, djansang… sont autant d’aliments que nous préférons acheter secs et que nous avons l’habitude de stocker, pour les consommer pendant un certains temps. Cependant, il est bon de noter que les aliments des familles des céréales et des grains ne se conservent pas longtemps, bien que secs, à cause des insectes qui en sont friands : les charançons,  les capucins des grains…

Contrairement aux autres insectes, ces insectes peuvent se développer  dans des grains très secs vers 34°C, avec une génération en 25 jours. La larve se développe à l’intérieur du grain.

Lire davantage sur les ravageurs des céréales et grains. Un article de Claire König sur Futura Planète

Oui, vous l’avez bien compris.  Peu importe où vos cacherez vos provisions de grains ou céréales, ces insectes vont s’y développer si la température du lieu de stockage est supérieure à 20°C. Ou alors consommez-les en 3 semaines ! Par ailleurs, l’enfermement de ces aliments dans des seaux ou cartons altère leur goût. La moisissure se développe sur les produits et leur donne un goût acide.

Mais ce n’est pas tout ! Vous pouvez augmenter le temps de conservation de ce type d’aliments e de 2 mois en les moulant, avant de les conserver. Dans cette hypothèse, privilégiez le papier et le carton pour les conserver plus longtemps. Vous aurez néanmoins à vous battre contre souris et cafards attirés par l’odeur des aliments. Déposez vos poudres d’aliments dans des seaux hermétiques et vous verrez qu’ils durcissent sous l’effet prolongé de la Chaleur à l’intérieur du récipient. Laissées à l’air libre, les poudres se chargent en eau, se détériorent rapidement et perdent leurs propriétés gustatives.

En ultime recours (parce que c’est une solution onéreuse), vous pouvez utiliser les bocaux et bouteilles en verre, que nous vous proposons à des prix imbattables, pour conserver vos céréales en entier ou réduits en poudre, pour une durée de conservation dépendant de la fréquence d’ouverture des conserves. L’idée c’est d’éviter au maximum que l’air entre dans vos produits.  Si les fermetures de vos pots sont hermétiques, vous pouvez consommer leur contenu pendant un an. Qui plus est, le verre conserve les valeurs gustatives des produits.

2- De la conservation des aliments frais

Les aliments frais occupent une très grande place dans notre alimentation. Fruits, légumes, compléments de nos sauces, viandes, poissons, œufs…  sont plus difficiles à conserver de façon naturelle, sans apport de l’électricité.

Certains aliments achetés frais, pour être conservés, peuvent être séchés. La durée de conservation dépendra alors de l’épaisseur de l’aliment. Par exemple, le poisson séché peut résister entre 2 jours et une semaine. Il commence à pourrir de l’intérieur. Votre morue séchée vous paraît encore mangeable, alors que des asticots se développent déjà dans le poisson. La viande séchée suit la même logique.

Nos feuilles de folon, ndolè, okok, kpwem, zom, mélon, water leaf, épinard, okohobong…et les légumes qui nous servent de condiments (poireau, céleri, basilic, macep…) peuvent  aussi être séchés et conservés dans le papier, le carton ou des sachets sous vide pendant plusieurs mois à 1 an. Il suffit que le lieu de stockage soit sec, sans pour autant être chaud. Au moment de la cuisson, trempez le légume quelques heures, afin qu’il gagne en eau qu’il a perdue lors du séchage.  Si vous avez l’impression que vos légumes séchés n’ont pas le même goût que les frais, c’est parce que vous les avez séchés au soleil et à l’air libre. Le déshydrateur est l’appareil adéquat pour le séchage des aliments. La rapidité du séchage garantit le maintien du goût. Sinon, ne vous plaignez pas et mangez du sans goût ! Les fruits sont aussi admis à ce traitement. Les découper et les sécher  au déshydrateur, pour optimiser leur conservation pendant plusieurs mois dans des sachets sous vide. Consommer secs pour les fruits desserts (ananas, banane mûre, papaye, goyave, mangue, safou, avocat…). Certains fruits desserts peuvent être transformés en jus ou confitures, pour une conservation pendant un an. Mouler et mettre en boîte les légumes et fruits condiments.

Les compléments de nos sauces, quant à eux, résistent frais pendant 2 jours (manioc, igname jaune) ou environ 2 semaines (macabo, patate, banane, plantain, igname blanc…). Pour les consommer plus longtemps, vous pouvez les emballer dans des feuilles de bananiers et les enfouir dans la terre. Vous pouvez aussi en faire des frites ou de la farine (pour des beignets, gâteaux, crêpes…). Bien entendu, vous le savez, le manioc offre une large possibilité de transformation. Vous pouvez aussi  cuire les tubercules et les sécher à point, avant de conserver pendant de longs mois dans le papier ou le carton. Dans cette hypothèse, une fois trempés pour les faire reprendre leur volume de départ et recuits,  les tubercules serviront mieux à réaliser des pilés, avec du haricot rouge ou noir.

Plusieurs aliments achetés frais (fruits, légumes de nos sauces, légumes condiments…) peuvent être conservés  frais grâce à la technique de l’appertisation. Ils sont conservés frais dans des bocaux en verre et sont utilisables 1 à 5 ans plus tard, tant que le bocal reste hermétiquement fermé. En outre, et c’est un truc de ouf, nos aliments déjà cuits peuvent être conservés grâce à cette même technique de stérilisation des aliments dans des pots en verre hermétiquement fermés. Imaginez que vous cuisinez un succulent Ndolé avec des gambas et vous le consommez 1 an plus tard, avec le même goût du premier jour !

Parlons des œufs ! Avez-vous déjà remarqué qu’ils cuisent lorsqu’ils sont conservés longtemps dans un endroit chaud comme le seau ? Oui oui, vous cassez l’œuf et découvrez que le blanc est cuit. Ce qui signifie qu’après avoir cuit complètement, ils vont se fermenter. L’idéal c’est de les laisser à l’air libre sur des alvéoles. Le grand défi ici est de lutter contre les souris qui cassent et sucent les œufs, et les cafards qui mangent les alvéoles.

Ceci dit, même si vous aimez plus un certain type d’aliments, vous devez vous résoudre à n’en acheter qu’un peu, à chaque passage au marché ; sauf si vous êtes certains de pouvoir les conserver longtemps. Vous vous doutez bien que tout ne peut être dit en seulement 1300 mots. Savez-vous que vous pouvez réaliser des frites de maïs chez vous et régaler la famille ? Savez-vous comment obtenir de la farine de manioc ou de plantain ? Non, pas ici. Dans les articles suivants, s’il vous plait.

En attendant, restez chez vous autant que possible ! Lavez-vous régulièrement les mains à l’eau coulante avec du savon ou utilisez une solution hydroalcoolique ! Couvrez-vous la bouche et le nez quand vous sortez ! Appelez le 1510 en cas de soupçon de symptômes du coronavirus ! Protégeons-nous et protégeons les autres !

Suivez le hashtag BloggersVsCovid19 sur les réseaux sociaux pour retrouver tous les articles rédigés dans le cadre de la campagne des Blogueurs Camerounais contre l’infection à coronavirus Covid19 !

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *